lundi 22 avril 2024

L'association des anciens des troupes de marine de la Drôme et de l'Ardèche
a commémoré les combats de Bazeilles
le samedi 17 septembre 2022 à Valence
au monument de la guerre de 1870
Le monument commémoratif de la guerre de 1870

Nos amis lyonnais du groupement du Rhône qui nous ont honorré de leur présence.


Mesdames et messieurs les élus, et parmi ces personnalités, les vice-présidents des Conseils régional et départemental, Mr Nicolas Daragon maire de Valence, Mr le sénateur honoraire Jean Besson, ancien marsouin, également le général Christian VAN DUYNSLAGER président de la Section départementale de la Drôme de la S.M.L.H, mesdames et messieurs les représentants des autorités civiles et militaires, mesdames et messieurs présidents d'association,

faisaient face au monument.

Les autorités
porte-drapeaux côté est

Les porte-drapeaux des associations mémorielles s'étaient alignées de part et d'autre du monument.

porte-drapeaux côté ouest

Le colonel Michel a présidé la cérémonie commémorative.

Dans son allocution, il a rappelé que cette année étaient célébrés le 400ème anniversaire de la création des Troupes de Marine par le cardinal de Richelieu, et le 80ème anniversaire des combats de Bir-Hakeim.

Extraits de son discours:

« 2022 est une date marquante pour les Troupes de Marine.
En effet c’est, selon la tradition, le 400ème anniversaire de la création des Compagnies Ordinaires de la Mer par le cardinal de Richelieu, lointaines ancêtres des Troupes de Marine.
Tradition certes, mais pas réalité. En fait, en 1622 il ne s’est rien passé. Richelieu n’était pas aux affaires. Il y reviendra en 1624.
Pour autant, il a présidé dans les années suivantes, à la mise sur pied d’une force maritime permanente, apte à la mer et au transport des combattants. Cela est bien une réalité. La tradition a conservé la date de 1622. Le mythe tient lieu de réalité.

L’infanterie et l’artillerie de la Marine trouvent donc là leur origine. Elles étaient destinées à la protection des ports, des  comptoirs et possessions françaises de l’Outre Mer .
Elles connaitront au cours des 4 siècles qui suivront, des évolutions et de profondes transformations. Elles sont partie intégrante de la Marine jusqu’en 1900. Elles passent alors au sein de l’Armée de terre et deviennent troupes coloniales de 1900 à 1960. Elles ont repris leur appellation d’origine au moment des indépendances africaines. Elles constituent actuellement  une composante originale de notre Armée de Terre.
Elles ont participé depuis leur création, à la quasi-totalité des expéditions ou campagnes, menées par la France au cours de son histoire. Voilà résumés en quelques mots, 4 siècles de leur longue histoire.    

2022, c’est aussi le 80ème anniversaire de la bataille de Bir-Hakeim à laquelle les Troupes de Marine ont largement participé. Cette page de l’épopée de la France Libre  fait l’objet cette année de nombreuses cérémonies d’hommage dans le pays. C'est ce que, à notre niveau, nous faisons aujourd'hui à Valence. »   

colonel Michel

Le major Michaud a rapellé, comme nous le faisons chaque année, la glorieuse épopée des défenseurs de Bazeilles.

Récitsde Bazeilles

Extraits du texte officiel:

« 1870, la France est en guerre, une partie de son territoire est envahie, SEDAN menacé. Pour la première fois de leur histoire, Marsouins et Bigors sont groupés pour prendre part à la lutte dans une même Division, la Division de Marine qui sera surnommée la Division Bleue.

Rassemblée au camp de CHALONS, elle rejoint la région de SEDAN, après six jours de marche difficile sous la pluie.

31 août - Vers midi, la 2e Brigade qui vient d'arriver sur les hauteurs à l'Est de SEDAN, reçoit l'ordre de reprendre le village de BAZEILLES, qui est une des clefs de la défense de cette place forte et dont vient de s'emparer l'ennemi. L'ennemi est refoulé, mais sa supériorité en nombre et en artillerie lui permet, en multipliant ses attaques, de reprendre pied dans la localité, la mêlée est acharnée, les pertes sont sévères des deux côtés.

Vers 4 heures de l'après-midi, les nôtres ne tiennent plus que les lisières Nord du village ; c'est alors que la Brigade REBOUL conservée jusque-là en réserve, est engagée à son tour.

Avant la tombée de la nuit, BAZEILLES est entièrement repris une nouvelle fois, au prix de combats acharnés.

1er septembre dès l'aube, les Allemands attaquent à nouveau et sont d'abord balayés. Mais ils reviennent soutenus par de nouveaux renforts et reprennent une partie du village. Se battant à un contre dix, éprouvés par la chaleur et la soif, la gorge brûlée par la fumée des incendies, écrasés sous les obus, défendant chaque maison, chaque pan de mur, les Marsouins vont à deux reprises chasser l'ennemi du village.

Mais vers 16 heures, les munitions manquent et la poignée des survivants est submergée par le flot ennemi après avoir détruit ou fait disparaître ses aigles et ses drapeaux. C'est ici que se situe l'épisode de la Maison des Dernières Cartouches. La Maison BOURGERIE, modeste auberge, est la dernière maison du village sur la route de SEDAN. Un noyau de résistance s'y constitue. Quelques officiers et une trentaine de soldats dont la plupart sont blessés vont ici pendant quatre heures arrêter la marche des assaillants. Ils ne succombent qu'à bout de munitions. » 

L'hymne de l'Infanterie de Marine a clôturé cette première partie de la cérémonie.

Le médecin en chef Kremer fit lecture des combats de Bir-Hakeim.

L'AfricaKorps, composée de divisions d'élite allemandes et italiennes, dont la division blindée Ariette, bousculait sévèrement les forces britanniques et menaçait d'atteindre les rives du canal de Suez. Celles-ci tentaient de se regrouper et d'organiser une solide défense autour de El Alamein. Pour cela, il fallait créer un abcès de fixation, qui devrait tenir suffisamment longtemps pour stopper la progression des troupes ennemies qui allaient devoir le réduire, au risque si cela n'était fait de voir sérieusement menacer la chaîne logistique de l'Afrikacorps. Bir-Hakeim, simple point d'eau perdu au milieu du désert fut choisi, et la défense en fut confiée à la 1ère Brigade Française Libre, forte de 3700 hommes, composée essentiellement de légionnaires et de Troupes de Marine sous le commandement du général Koenig.

Le 27 mai 1942, la position fut attaquée par 30.000 Allemands et Italiens, disposant de 350 chars, 270 pièces d'artillerie, renforcés par de l'aviation, face à la cinquantaine de canons de 75 des Français.

Les attaques furent violentes, quasi quotidiennes, mais toujours repoussées. Jamais les forces ennemies n'arrivèrent à pénétrer dans le camp retranché. Le 11 juin, le général Koenig reçut des Britanniques la permission de cesser le combat. Dans la nuit du 11 au 12 juin, soit après 15 jours de combats, alors que la 1ère BFL manquait de tout, et surtout de munitions, le général Koenig décida de forcer le blocus et de rejoindre les forces britanniques, emmenant avec lui les deux tiers de sa brigade.

Le combat de Bir-Hakeim était la 1ère contribution française significative à l’effort de guerre allié. La France retrouvait sa place et sa crédibilité au sein des nations alliées après le désastre de 1940. Ce combat eut un retentissement immense, y compris en Allemagne. Rommel témoigna: « Une fois de plus, la preuve était faite qu'un chef français, décidé à ne pas jeter le fusil après la mire à la première occasion, peut réaliser des miracles, même si la situation est apparemment désespérée. » 

Récit des combats de bBr-Hakeim

La cérémonie a continué par l'hommage aux morts, suivi de la Marseillaise.

L'hommage aux morts

Le Président commande « Aux Morts ». Les drapeaux s’inclinent.

La Marseillaise

Le salut pendant la Marseillaise.

les dépôts de gerbes.

Le dépôt de gerbe par nos Marsouins.

À droite du colonel Bertrand, vice-président de l'AATDM 26-07, portant la gerbe, le sénateur honnoraire Besson, marsouin d'honneur, et à sa gauche, Mr Gérard GAY président des Anciens des Troupes coloniales et Troupes de Marine de Lyon et sa région.

Dépôt de gerbes

Madame Pugeat, vice présidente du Conseil départemental et adjointe au Maire de Valence, représentant ce dernier qui dût partir pour remplir d'autres obligations, dépose la gerbe de la ville de Valence.

Après que les autorités eurent salué les porte-drapeaux, il restait à poser pour la photo de famille.

photo de famille

Bazeilles 2022 à Valence.
Seconde partie.

Copyright © 2020-2024 - Association des anciens TDM Drôme-Ardèche - Tous droits réservés.
Joomla est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public.
Template par YOOtheme
Haut de page